D’autres conférences présentées par EOCI :

Ateliers

Vendredi 10 mai, 10 h 35 – 11 h 35

Soins infirmiers : l’IC chez le patient âgé et affaibli (en français)

Kim Laflamme, M. Sc.

Au-delà du jugement intuitif de l’évaluation de la fragilité gériatrique, explorons ses composantes reconnues et l’impact de celle-ci au plan clinique pour les patients insuffisants cardiaques. La fragilité gériatrique étant non seulement un aspect central de l’évaluation du patient âgé, mais aussi un facteur influant des alignements thérapeutiques vers des soins de qualités chez l’insuffisant cardiaque.

Comment et quand cesser l’administration de médicaments pour le cœur chez le patient atteint d’IC

Elizabeth Swiggum, M.D.

Au cours de cet atelier pratique, nous examinerons les scénarios cliniques dans lesquels le traitement de l’insuffisance cardiaque peut être arrêté sans danger chez les patients ayant une fraction d’éjection rétablie, et nous offrirons des conseils sur la manière d’aborder la discussion concernant l’arrêt du traitement avec les patients.

Mise à jour sur les lignes directrices de la SCC : IC et fibrillation auriculaire

Michael McDonald, M.D.
Mario Talajic, M.D.

La fibrillation auriculaire (FA) et l’insuffisance cardiaque (IC) partagent certains facteurs de risque et coexistent fréquemment. On estime que jusqu’à 50 % des patients d’une IC peuvent développer une FA. La présence d’une FA est associée à un moins bon pronostic, tant en en termes de survie globale que de risque d’AVC. Dans cette présentation fondée sur des cas réels, des membres du groupe d’experts des lignes directrices en matière d’IC et de FA de la SCC présentent les éléments essentiels de la pratique clinique nécessaires à déterminer la meilleure démarche de traitement pour les patients atteints à la fois de FA et d’IC. L’importance clinique et les risques associés à ces troubles de santé combinés seront définis, tandis que les considérations d’appareils de fréquence et de rythme cardiaque feront l’objet de discussions axées sur les plus récentes données d’essais cliniques.

Vendredi 10 mai, 15 h 20 – 16 h 20

Soins palliatifs contemporains dans l’IC

Caroline McGuinty, M.D.

Cet atelier fournira un cadre pratique de discussion axée sur les objectifs des soins prodigués aux patients atteints d’insuffisance cardiaque, notamment en ce qui a trait à la désactivation du défibrillateur automatique implantable et aux demandes d’aide médicale à mourir. Il sera également question du traitement des symptômes courants de l’insuffisance cardiaque terminale et des données probantes sur l’emploi du cannabis.

Modèles de soins partagés dans l’IC : collaboration avec les soins primaires

Harriette Van Spall, M.D.
Shelley Zieroth, M.D.

Dans cet atelier, les participants passeront en revue les modèles de santé établis pour les soins partagés des patients atteints d’IC et examineront les stratégies innovantes, notamment la technologie, pouvant être utilisées pour la transition et les soins en milieu communautaire. Ils auront l’occasion de discuter des approches permettant d’accéder rapidement à des services de consultation de spécialistes et d’examiner les outils de traduction des connaissances utilisés dans le domaine de l’insuffisance cardiaque.

Atelier présenté par la SCIC et la SSVQ
Médecine interne et cardiologie : miser sur l’expertise des soins en insuffisance cardiaque (en français)

Anique Ducharme, M.D.
Serge Lepage, M.D.
Daniel Carrier, M.D.

En matière de soins offerts aux patients atteints d’insuffisance cardiaque, il existe un chevauchement considérable entre la médecine interne et la cardiologie. Cet atelier a pour but d’explorer les lacunes actuelles des soins de l’IC et d’offrir aux participants des deux disciplines l’occasion de discuter des meilleures pratiques à utiliser pour améliorer les résultats thérapeutiques, particulièrement dans un contexte de multimorbidité.

Samedi 11 mai, 11 h 15 – 12 h 15

DAV ou transplantation pour les patients de plus de 65 ans

Phyllis Billia, M.D.

Les patients âgés atteints d’IC présentent souvent un tableau complexe de comorbidités qui soulèvent de nombreuses difficultés pour les cliniciens traitants. Dans cet atelier, nous examinerons dans quelles circonstances et chez quels patients il convient d’envisager des traitements avancés de l’IC compte tenu de l’âge, notamment en ce qui a trait aux bienfaits et aux risques de la transplantation de novo et de la retransplantation chez les aînés atteints d’IC au stade avancé.

Mise à jour sur les lignes directrices de la SCC : IC et fibrillation auriculaire (en français)

Eileen O'Meara, M.D.

La fibrillation auriculaire (FA) et l’insuffisance cardiaque (IC) partagent certains facteurs de risque et coexistent fréquemment. On estime que jusqu’à 50 % des patients d’une IC peuvent développer une FA. La présence d’une FA est associée à un moins bon pronostic, tant en en termes de survie globale que de risque d’AVC. Dans cette présentation fondée sur des cas réels, des membres du groupe d’experts des lignes directrices en matière d’IC et de FA de la SCC présentent les éléments essentiels de la pratique clinique nécessaires à déterminer la meilleure démarche de traitement pour les patients atteints à la fois de FA et d’IC. L’importance clinique et les risques associés à ces troubles de santé combinés seront définis, tandis que les considérations d’appareils de fréquence et de rythme cardiaque feront l’objet de discussions axées sur les plus récentes données d’essais cliniques.

Approche pratique à la prise en charge des autosoins

Karen Harkness, inf., Ph. D.
Harleah Buck, inf., Ph. D.

Cet atelier interactif traite des facteurs qui influent sur l’engagement d’un patient atteint d’IC à prendre soin de lui-même et des approches pratiques qui intègrent le rôle des aidants familiaux dans la stratégie d’auto-prise en charge du patient. Les participants recevront de précieux conseils sur la manière d’appuyer l’éducation du patient et son engagement à prendre soin de lui-même dans des situations difficiles. Ils seront invités à apprendre, à partager et à assimiler des stratégies éprouvées pour promouvoir l’auto-prise en charge du patient.